Des corps, toujours et encore. Mais du dessin. Des os, du squelette. Des lignes fragiles, mais vibrantes, comme une feuille d’automne qui tombe et se décompose. Un élan qui se nourrit du plus primitif pour donner à voir une humanité nouvelle, post-apocalyptique peut-être.