Nouvelle recherche sur le corps. Le projet s’inscrit dans la continuité de celui intitulé « Atrofia corporea ». La photographie se met au service d’une vision post-humaine de la corporalité. Des portraits de proches qui tentent de mettre en lumière la multiplicité de l’être. Des jeunes gens, des enfants faits, déjà, de souvenirs, d’autres êtres. L’évolution humaine présente faite de mémoire individuelle. Jusqu’à ce que le présent ne soit plus que souvenir.